Nouvelles techniques de colorisation

Voici trois techniques personnelles que j’ai développées depuis fin 2015. Ma technique d’encrage ayant beaucoup évolué, il fallait adapter mes techniques de colorisation.

Faute d’être inspirée pour dessiner en ce début 2016, j’ai plutôt réfléchi à mes techniques de colorisation. Les principaux inconvénients de mes méthodes précédentes : décalage entre les styles d’encrage et de colorisation, techniques en fonction de mon humeur, beaucoup d’hésitations, d’expérimentations et de temps perdu. J’étais souvent frustrée par un résultat moyen alors que j’avais passé beaucoup d’heures sur des illustrations, notamment originales.

Malgré l’étude de tutoriels, les vieilles habitudes reviennent au galop ! J’ai donc fait le tri parmi les illustrations que je trouvais équilibrées et réussies:

J’ai donc listé les techniques qui me plaisaient : des ombres globales floues, des ombres franches, des ombres texturées ou mattes, des reflets en glow (matières brillantes, cheveux), encrage avec couleurs chaudes. J’ai aussi testé la création de la sacro-sainte palette, l’utilisation des couleurs chaudes et froides, l’ajout d’un niveau de lumière pour mieux représenter les volumes.

Voici le résultat de ces longues recherches  :

J’ai développé trois techniques :

  • la première passe-partout type brush soft, adaptée pour un encrage avec CSP ou au Pigma Sakura (cf les trois premières illustrations)
  • la deuxième type brush oil, adaptée pour un encrage plus épais (cf la 4ème illustration). La colorisation type anime est si vite ennuyeuse !
  • la troisième type brush watercolor, adaptée pour des colorisations rapides et les sketchs (cf la 5ème et 6ème illustration)

La première technique est très rapide : je mets entre une demi heure et une heure pour une mise en couleur simple ! Deux à trois fois moins qu’avant ! La deuxième technique est plus longue car il faut constamment retravailler la pose des couleurs. Le résultat est cependant à la hauteur du temps passé. La troisième testée récemment permet de coloriser avec des calques en moins, car elle tient un peu moins compte des volumes, cependant la mise en couleur est encore plus rapide.

Bien entendu ces techniques ne sont pas parfaites et elles seront affinées avec le temps. Mais les principaux paramètres sont définis et j’ai enfin une direction et un style dans mes techniques de mise en couleur !

J’espère que ces quelques explications vous donneront des idées pour vos propres expérimentations  😎

5 commentaires Ajoutez le votre

  1. saisei dit :

    Raah ! Même question que toi avec les encrages CSP ! J’avoue avoir été bloquée pour ma part… Autant le line (plume G numérique) appelle la trame (tout aussi numérique), autant avec la couleur, j’ai le sentiment « de ne plus avoir de place ». D’après ce que tu as posté, tu as l’air de mieux fonctionner si tu « penses trames » c’est-à-dire en valeur plutôt qu’en couleur. A essayer sur des gammes de couleurs analogues, dans un premier temps ?

  2. SuzieSuzy dit :

    J’ai une logique plutôt anime, j’ai tendance à penser valeur puis couleur. A une époque pas très lointaine, je pensais les deux à la fois, ce qui occasionnait souvent du pétage de plomb X-D
    Pour l’instant je reste plutôt sur une palette restreinte, j’ai de toute façon un très mauvais goût pour les couleurs :-p
    Merci pour tes conseils en tout cas \o/

  3. saisei dit :

    Je suis d’accord : il y a des phases où on pense construction voire encrage et des phases où on pense valeurs / couleurs. Elles ne sont pas toujours là en même temps – sauf si on démarre avec des masses et pas un crayonné. Bref, ça dépend des fois. ^^

    Pour l’histoire des palettes, on avait parlé de site qui en proposent ou permettent d’en confectionner, je crois. ^-^ Et Elairin avait partagé un fichier mais je ne sais plus où il est ! ^^° Bref, ça peut être un début – et ça t’éviterait le pétage de plomb du choix des teintes . ^-^

    Bon courage pour la suite !

  4. SuzieSuzy dit :

    J’ai testé les deux voies et vraiment j’avance plus vite en entamant par les valeurs. Dans l’ordre : crayonné/sketch, palette de couleurs, valeurs, couleurs finales. Beaucoup d’illustrateurs conseillent de commencer par les masses/volumes, mais je n’y suis jamais arrivée ;_;
    Pour les palettes, je m’entraine à combiner les couleurs : inspirations personnelles voire pipette image. J’ai pas mal de palettes dont celle d’Elairin, mais je me force à réfléchir sur sur l’utilisation des couleurs o/
    Merci en tout cas et à toi aussi bon courage \o/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Laisser ces deux champs tels quels :